Carnet de voyage

Les sourires du Myanmar

8 étapes
2 commentaires
2
Notre voyage nous amène sur les terres birmanes à la rencontre de son peuple particulièrement accueillant.
26 mai au 20 juin 2017
26 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Vendredi 26 mai, nous arrivons en Birmanie. Nous atterrissons à Yangon (Rangoun), la capitale économique du pays. Nous y restons deux jours pour visiter la ville, son centre ponctué d'anciens bâtiments coloniaux désaffectés et la célèbre Shwedagon Pagoda en périphérie.

• • •

Coutumes birmanes


Nous découvrons l'accueil très chaleureux des birmans. On se sent bienvenus ici car les gens nous abordent de manière spontanée, les enfants nous font coucou de loin, tout le monde est très souriant.

Par contre les sourires sont rouges vif, car la chique du bétel est très ancrée dans la culture birmane, et autant vous dire que ça chique dur! Les hommes, les femmes et les adolescents achètent (moins cher que des cigarettes) un mélange de tabac, d'épices, de chaux et de noix d'Arec, le tout enveloppé dans une petite feuille de palmier de bétel. Ce qui leur donne une coloration très rouge sur les dents et leur fait cracher un liquide épais, et ce toute la journée. Ce mélange nocif pour la santé constitue apparement un gros problème sanitaire au sein du pays.

La feuille de Bétel et la noix d'Arec 
• • •

La Shwedagon Pagoda


Nous visitons cet incontournable site hautement sacré avec sa splendide stupa dorée de presque 110 m de haut. Malheureusement nous sommes sous une pluie battante car la saison des moussons commence. Mais ça n'enlève rien à la grandeur du site.

Ce qui est intéressant c'est de voir que les locaux sont nombreux à se rendre dans les petits temples autour de la pagode pour prier mais pas seulement, il y en a qui mangent, d'autre qui viennent juste s'y reposer ou se rencontrer. Au-delà de l'aspect religieux c'est un véritable lieu de vie. Le ciel finit par se calmer et nous finissons notre visite sous le soleil qui fait briller la pagode.

• • •

Après ces deux jours de visite nous partons pour 6h de bus en direction de Mawlamyine.

2

Cette ancienne capitale des colonies anglaises offre de beaux paysages le long du fleuve Thanlwin. Nous y restons deux jours.

• • •

Les Bouddhas couchés


Nous allons voir le site des Bouddhas Win Sein, les plus grands bouddhas couchés du monde (200 m de long). Situés à quelques kilomètres au Sud de la ville, nous prenons un bus public, une sorte de pickup qui se remplit tout au long du trajet au point parfois de littéralement "déborder" de monde.



Une fois sur place nous découvrons un étonnant alignement de statues de moines qui s'étend sur des kilomètres.

Nous arrivons ensuite au pied des statues géantes des bouddhas couchés, l'un des deux est encore en construction. C'est très étrange pour nous de voir une telle extravagance érigée au nom d'une religion, que ce soit pour ces statues démesurées ou l'alignement à perte de vue des statues de moines. On y trouve un certain décalage avec l'humilité prônée par le bouddhisme.

• • •

Les vestiges de l'époque anglaise


Nous visitons aussi la ville où nous marchons le long du fleuve, nous croisons d'anciennes bâtisses délabrées de l'époque coloniale qui donnent à la ville un petit côté fané. Nous faisons aussi un tour par plusieurs marchés sympas, notamment le marché de poissons séchés, intense au niveau olfactif!

• • •

Les hauteurs de Mawlamyine 


Nous terminons nos visites en passant par la "colline des pagodes", une succession de pagodes et de temples sur le point culminant de la ville. Cette promenade nous offre une superbe vue sur Mawlamyine et les îles qui ponctuent le fleuve. Le soleil fait briller les pagodes, ce qui les rend encore plus belles.

• • •

Nous quittons ensuite l'état Môn et nous dirigeons vers la ville de Hpa-an, à 2 heures de bus plus au Nord.

3

Nous entrons dans l'état Karen, une région de plaines où s'érigent ponctuellement des massifs rocheux. L'intérêt de cette région est qu'on peut louer des scooters à bas prix pour aller découvrir librement les nombreux sites religieux dispersés dans les environs.

• • •

Première escapade 


Nous louons dès notre arrivée un petit scooter automatique et roulons à travers la jolie campagne de Hpa-an. Au début nous avons un peu d'appréhension car la conduite de scooter est une nouveauté. Au final c'est tout simple car il n'y a pas trop de monde et les routes sont en bon état.

Nous faisons notre premier arrêt au Kyaik-Ka-Lat, un surprenant piton rocheux au milieu d'un lac artificiel circulaire sur lequel se dresse un stupa doré. C'est surprenant comme paysage, ça fait assez irréel.

Nous roulons ensuite vers la "bat cave" voir l'envol de chauves souris pour leur chasse nocturne. Nous grimpons plusieurs marches qui nous amènent à une petite pagode en hauteur pour avoir un bon point de vue sur l'évènement. Une fois le soleil couché nous les voyons enfin, un nombre incalculable de chauves souris sortent de leur cave à toute allure pour aller se nourrir, il y en a des milliers. Elles créent un flot continu dans les airs pendant plusieurs minutes c'est très impressionnant.

Sur place nous rencontrons un petit groupe de voyageurs avec qui nous sympathisons, Élodie et Océane, deux françaises, et Marcus qui vient d'Australie. Nous décidons de nous inscrire tous ensemble à un tour en tuk-tuk pour le lendemain.

• • •

Tournée des caves!


C'est parti pour 8 heures de visite de sites bouddhistes.

Le matin nous visitons deux jolies caves où se sont insérés des lieux de culte avec des statues de Bouddha et des coins de prière. Nous continuons en passant par le site de Kyaik-Ka-Lat que nous avions déjà visité la veille. C'est toujours aussi surprenant comme tableau.

• • •


Nous visitons ensuite le Lumbini Garden où sont disposées de nombreuses statues de Bouddha en ligne, toutes similaires. C'est toujours aussi extravagant mais au moins les statues sont plus jolies que celles que nous avions vu à Mawlamyine.

Nous faisons ensuite une pause déjeuner près de bassins où les locaux se baignent, nous les envions un peu vu qu'il fait très chaud...

Nous poursuivons par la visite de deux nouvelles caves. La deuxième est celle que nous avons préféré, à l'intérieur on marche parmi de jolies formations géologiques. À la sortie, une barque nous ramène au point d'entrée. Et là c'est un moment super agréable parce que le paysage est magnifique et c'est très paisible.

Nous terminons les visites par une dernière cave avant de rentrer sous une pluie battante. C'était une chouette journée d'autant qu'on apprécie de se retrouver dans un groupe pour découvrir toutes ces choses.

• • •

Le lendemain nous prenons tout les cinq nos billets de bus pour voyager de nuit jusqu'à Kalaw afin d'y faire un trek ensemble. À 8h du soir nous montons dans le bus pour filer à 530 kilomètres plus au Nord, dans l'Etat Shan.

4

Après avoir passé une nuit agitée dans le bus, nous arrivons au lever du jour à Kalaw. Tous les cinq, nous profitons de la matinée pour trouver une agence de guides et organiser notre trek de 3 jours reliant Kalaw et le célèbre lac Inle.

• • •

Le marché des 5 jours


Nous avons de la chance car aujourd'hui est un jour où à lieu le marché des 5 jours à Kalaw. Suivant le calendrier lunaire, des marchés se tiennent tous les cinq jours dans plusieurs localités autour du Lac Inle. Les minorités ethniques du pays viennent y vendre leur artisanat et les produits cultivés dans leurs régions. Nous découvrons donc dans ce marché en plein air plusieurs étals de fruits et légumes colorés, des stands de poisson séché, d'épices, de fleurs. On remarque les différentes tenues des commerçants mais impossible de dire de quelles ethnies il s'agit...

La Birmanie constitue une des plus grandes diversités ethniques du monde. Le gouvernement recense officiellement 135 ethnies et répertorie plus d'une centaine de langues et de dialectes différents. Chacune possède son propre habit traditionnel (variation de couleurs, de tissus etc.). Les Bamar sont le groupe ethnique majoritaire du pays.

• • •

Premier jour de trek, une nuit chez les Danu


Le lendemain matin nous rencontrons nos deux guides Kyukyu et Eiei, qui physiquement ont l'air de toute jeunes adolescentes mais en réalité ont la vingtaine. C'est très difficile de deviner l'âge des birmans car ils ont souvent l'air plus jeune.


C'est parti pour plusieurs heures de marche avec Élodie, Océane, Marcus et un couple d'allemands qui se sont joint à notre groupe pour le trek. Nous commençons la randonnée en traversant des forêts de pins, nous sommes agréablement surpris d'en voir ici. Leur odeur nous rappelle l'été dans le sud de la France. Nous traversons beaucoup de champs dans lesquels travaillent les locaux sous un soleil de plomb. Nous croisons aussi beaucoup de bœufs qui nous regardent d'un air curieux.


Pour déjeuner nous faisons une pause dans une petit restaurant en hauteur qui nous offre une belle vue sur les collines couvertes de plants de thé et de mandariniers.


Après un bon repas aux saveurs indiennes nous reprenons la marche et continuons de découvrir les beaux paysages agricoles de la région. Nous faisons plusieurs "pauses thé" dans des petits villages, ce qui nous permet de voir de jolies scènes de vie rurale.


Sur une partie de l'itinéraire nous marchons sur les rails de chemin de fer. Nous avons la chance d'assister à l'évènement du train qui passe. Je dis évènement car vu la lenteur du train il ne doit pas en passer beaucoup par jour!


Nous approchons du village d'arrivée et terminons la marche en traversant de magnifiques rizières. Il y a des enfants qui se baignent dans l'eau qui ruisselle entre les champs. On en prend plein les yeux avec ce superbe paysage, sublimé par le soleil. Nous restons un moment à admirer la vue et à profiter de la sérénité qui se dégage du lieu.


Nous arrivons ensuite dans un village de l'ethnie à laquelle appartient Eiei, les Danu. Nous passons la nuit chez l'habitant. La famille qui nous reçoit cultive l'ail, des milliers de gousses sont mises à sécher dans la grange où nous dormons. Heureusement ça ne sent pas fort! L'accueil est chaleureux, comme toujours nous avons droit à de grands sourires.


Après avoir bu un énième thé, nous pouvons observer Eiei qui passe derrière les fourneaux. Elle s'installe dans la petite cuisine traditionnelle et se met à préparer notre dîner pendant plus d'une heure. C'est chouette de la voir faire tout ça avec le sourire malgré la fatigue de la journée. Une fois le dîner prêt, la table se retrouve couverte de petits plats traditionnels, c'est un vrai régal.

• • •

Deuxième jour de trek, à la rencontre des Pao


Après un copieux petit déjeuné soigneusement préparé par nos guides, nous reprenons la marche de bon matin. Les gens sont déjà dans les champs à travailler.


Au fur et à mesure que la matinée avance nous traversons des paysages différents. Il y a des endroits où la terre rouge crée un beau contraste avec la verdure des champs. Nous passons aussi par des champs dont les tons plus orangés nous font penser à certains paysages de Provence.


Plusieurs fois sur le chemin nous croisons des bœufs en pleine baignade dans des petits points d'eau. C'est vraiment drôle à voir, surtout que nous on a très chaud! Nous avons tout de même droit à une petite pause baignade dans une rivière nous aussi.


Nous terminons la marche en passant par des forêts de bambous. À l'entrée du village on peut voir les artisans fabriquer des paniers en bambou. Les tiges sont également utilisées pour la construction des maisons du village.


La famille qui nous accueille pour la nuit fait partie de la tribu des Pao, tout comme Kyukyu. De nouveau on se sent bienvenus. La famille tient une petite épicerie. Ce soir c'est Kyukyu qui prépare le dîner, toujours avec sa bonne humeur. Comme la veille, notre table est recouverte de bonnes choses.

• • •

Fin du trek, au bord du lac Inle


Nouveau réveil de bonne heure, nouveau super petit déjeuner. Et cette fois avant de partir nous avons droit à une séance de relooking au Thanaka par Eiei. Nous y passons toutes, même Marcus tente l'experience. Ça donne une très agréable sensation de fraîcheur sur la peau. Nous voilà prêts pour attaquer la journée.


Le Thanaka est un cosmétique traditionnel du pays. Il illumine les visages des femmes et des enfants birmans. Il s'agit d'une pâte liquide qui s'obtient en frottant l'écorce d'un morceau de bois de Thanaka avec un peu d'eau sur une pierre circulaire appelé kyauk pyin. Elle s'applique sur le visage, les oreilles, parfois les bras et prend une coloration légèrement jaune en séchant. Cette pâte sert à la fois de protection contre les brûlures du soleil, d'hydratant naturel et d'antiseptique, au-delà de son utilisation dans un but esthétique.


Pendant la dernière matinée du trek nous traversons plusieurs champs et villages avant d'entrer officiellement dans la zone du lac Inle. La marche se termine en traversant une jolie forêt de bambou sur une terre rouge. Nous arrivons à un petit restaurant où nous déjeunons avant de dire au revoir à nos deux guides.

Nous prenons ensuite une embarcation qui nous permet de rejoindre notre hôtel tout au nord du lac. Nous naviguons pendant une bonne heure sous un soleil brûlant. La vue sur le lac entre les montagnes est très belle. Nous avons un premier aperçu des maisons sur pilotis, des pêcheurs en équilibre sur leurs barques, des jardins flottants. Nous avons hâte de découvrir tout ça plus en détail.


Nous avons vraiment adoré faire ce trek. Il y avait une superbe ambiance dans le groupe. Les guides étaient vraiment adorables et généreuses. On a aimé aller à la rencontre des tribus birmanes et en apprendre plus sur leurs coutumes et leurs modes de vie. Et enfin on a traversé des paysages vraiment sublimes, qui nous ont marqués.

5

Nous voilà donc dans la petite ville de Nyaung Shwe, sur les bords du paisible lac Inle. Devant notre hôtel on voit les locaux décharger des paniers pleins de tomates tout droit venues des jardins flottants du lac. Il y en a des quantités impressionnantes.

• • •

Saveurs indiennes 


Pour notre première journée sur place, Marcus nous propose d'aller suivre un cours de cuisine indienne. Elodie se joint à nous. On se retrouve tout les quatre dans la toute petite cuisine du restaurant où nous avions diné la veille. Le cours est donné par Raj, le gérant du restaurant, un jeune indien-népalais d'une extrême gentillesse. Il prend bien le temps de nous expliquer les règles et les techniques de la cuisine indienne. Nous apprenons à préparer plusieurs plats, dont le poulet tikka masala et les fameux naans. Au final le cours dure bien plus longtemps que prévu tellement Raj est généreux dans ses explications. On sent qu'il prend plaisir à nous apprendre toute ces choses, c'est un beau moment de partage. Nous pouvons même assister à la préparation de nouveaux plats pour les clients qui commencent à arriver pour le déjeuner. Et bien sûr, on s'est régalés.


Le soir nous disons au revoir à Marcus qui file à Bagan et à Elodie qui doit partir à Mandalay tôt le lendemain matin. Notre petit groupe se réduit.

C'était un plaisir de faire ce petit bout de voyage avec vous les amis, on a passé de super moments. On espère que nos routes se croiseront à nouveau. Marcus we will come visit you in Melbourne for sure, meanwhile keep practicing french!

• • •

Visite sur les eaux du lac


Le lendemain nous retrouvons Océane pour une tournée en pirogue des sites incontournables du lac Inle. Après quelques minutes à naviguer nous croisons les premiers pêcheurs. Ils ont vraiment une technique impressionnante. Ils se placent au bout de leur barque en équilibre sur une jambe et utilisent l'autre pour pagayer. Ça leur laisse les mains libres pour manipuler leurs filets ou paniers de pêche.


C'est intéressant de voir comment la vie s'organise sur le lac. Entre les pêcheurs, les gens qui se déplacent en bateau pour faire leur commerce, ceux qui se baignent aux pieds de leur maison sur pilotis, c'est tout autant animé que sur terre.


Nous faisons notre premier arrêt à l'atelier d'orfèvrerie où l'on peut assister aux différentes étape de confection des bijoux en argent. Ici pas de machines sophistiquées, c'est un travail minutieux entièrement manuel.


Nous allons ensuite visiter un atelier de tissage de coton, de soie et de fibre de lotus. Ici encore on peut voir comment est extraite la fibre des tiges de lotus pour ensuite être utilisée sur des métiers à tisser en bois. Nous observons un moment les femmes qui créent de magnifiques tissus colorés, avec le claquement répétitif des métiers à tisser en fond sonore.


Avant le déjeuner nous marquons un dernier arrêt à la fabrique de cigares. Nous pouvons voir les femmes y travailler avec des gestes rapides et précis. Le tabac est aromatisé avec des sirops aux goûts différents. Les filtres sont faits en fibre de bambou et les feuilles de tabac sont collées avec du "sticky rice". En moyenne un femme peut rouler jusqu'à mille cigares par jour!


Après avoir mangé nous reprenons les visites. Normalement nous devons aller voir les femmes aux longs cous dans le village d'Ywama mais nous demandons à notre chauffeur de passer cette étape. Nous ne sommes pas très à l'aise avec l'idée que ces femmes soient exhibées comme dans un zoo pour les photos des touristes...Nous filons donc voir le village d'In Dein. Pour y accéder nous devons passer entre plusieurs "barrages" très étroits, heureusement notre chauffeur est un pro. Une fois arrivés nous passons par un long passage couvert qui abrite des étals de souvenirs.


Arrivés au bout du passage nous découvrons des dizaines de stupas. Certaines sont en ruine et recouvertes de végétation, d'autre plus récentes et toujours brillantes. Chaque stupa a été construite grâce à un donateur différent. Ce qui est beau c'est de voir la variété qui constitue ce lieu magnifique. On dirait vraiment le décor d'un film d'aventures.


Nous remontons la rivière pour nous rendre au dernier site de la journée, le Nga Phe Chaung monastery. Un joli monastère en bois sur pilotis depuis lequel on aperçoit les fameux jardins flottants. Dans ces jardins les locaux font pousser des légumes et des fleurs qu'ils vendent sur les marchés autour du lac.


Un moine du monastère profite de notre pirogue pour rentrer avec nous à Nyaung Shwe. Sur le chemin du retour nous croisons de nouveau des bœufs en pleine baignade, c'est toujours aussi amusant.

• • •

À la fin de cette journée riche en découvertes, nous rentrons préparer nos sacs pour aller tout les trois prendre le bus de nuit en direction de Bagan.

6

Après plusieurs heures de bus sans pouvoir fermer l'œil, nous arrivons à Bagan vers 4h du matin. Heureusement nous pouvons déjà nous installer à notre hôtel situé dans le New Bagan et nous reposer un peu. Nous décidons de rester quelques jours sur place pour profiter tranquillement du lieu.

Bagan est une étape que nous avons hâte de découvrir, c'est le site le plus visité en Birmanie. Il s'agit d'une vallée d'environ 50 km² reliant 3 villes : Old Bagan, New Bagan et Nyaung Oo, le long de la rivière Irrawaddy. C'est une zone archéologique unique qui regroupe plus de 2000 monuments religieux (temples, pagodes et sanctuaires) édifiés par les rois successifs de Bagan entre le XIème et XIIIème siècle. Le site est réputé pour offrir de magnifiques levers et couchers de soleil.

• • •
Le temple d'Ananda 

La vallée de Bagan a été touchée par plusieurs tremblements de terre, le dernier date de 1975. Certaines reconstructions n'ayant pas été menées dans un respect total de l'histoire empêchent le site d'être inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

• • •

Un paysage grandiose


Comme en cette période la chaleur est difficilement supportable, nous évitons de sortir en milieu de journée. Nous sortons au lever et au coucher du soleil pour profiter du plus joli spectacle et des heures les plus fraîches. Pour circuler dans la vallée on loue des "e-bikes", des petits scooter électriques. À plusieurs reprises nous allons tous les trois sillonner la vallée et visiter ses monuments. C'est à chaque fois un émerveillement. Voir le soleil se coucher sur tout ces temples à perte de vue au milieu de la végétation parait irréel. La plupart sont en brique, ils ont des formes et des proportions différentes. En les voyant dans leur ensemble on dirait qu'ils font partie du paysage naturel.

• • •
Le temple Dhammazedi 
• • •
Le temple Dhammayanzika 

Après deux jours sur place nous disons au revoir à Océane qui doit partir à Yangon avant de terminer son long voyage. Au bout de 4 jours passés à profiter de cet endroit magnifique, nous quittons Bagan pour nous rendre à Mandalay. Nous passons seulement une nuit dans la capitale car nous avons prévu de nous rendre à Hsipaw, pour y faire un petit trek.

Océane c'était super de pouvoir prolonger l'expérience de voyage en groupe avec toi. Ton rire et ta bonne humeur vont nous manquer ! On espère te revoir bientôt.

7

Nous arrivons à Hsipaw en début de soirée après plusieurs heures de bus. Nous ne perdons pas de temps et allons trouver une agence de guides pour pouvoir faire un petit trek de deux jours dans l'État Shan. Le trek de Kalaw nous a tellement plu que nous voulons renouveler l'expérience et continuer d'aller à la rencontre des ethnies birmanes, au Nord cette fois ci.


Premier jour, rencontre avec les Palaung


Nous débutons la marche tôt dans la matinée. Nous sommes de nouveau dans un petit groupe pour le trek, avec un couple d'anglais et un américain. Nous sommes guidés par Rona, un jeune birman de l'ethnie Palaung.

C'est le début d'une ascension assez raide sous une chaleur écrasante. Pendant la matinée nous traversons de beaux paysages agricoles. Ici encore la terre rouge crée un beau contraste avec la couleur des champs.

Nous croisons plusieurs enfants qui nous regardent avec leurs petits yeux intrigués.

• • •
• • •

Après plusieurs heures de marche nous arrivons dans le village de notre guide, perché dans les montagnes. Nous sommes accueillis par sa maman qui s'empresse de nous préparer un super déjeuner. C'est sympa de la voir faire. La table est remplie de bonnes choses. Après avoir bien mangé nous pouvons nous reposer un moment et attendre que la chaleur ne s'atténue un peu.

En fin d'après midi Rona nous emmène faire le tour du village et nous en dis un peu plus sur les traditions et superstitions très présentes dans la vie de tout les jours. Ici on croit beaucoup aux esprits. Il nous explique aussi qu'il a été moine pendant quatre ans avant de devenir guide. Beaucoup de jeunes se retrouvent au monastère pour avoir accès à une éducation, lorsqu'ils n'ont pas les moyens de se payer des études. C'est très touchant de le voir parler de toutes les habitudes qu'avaient les enfants à son époque, et qu'il regrette de voir disparaître. Par exemple il nous explique comment avant ils utilisaient certaines fleurs pour dessiner, ou comment ils s'amusaient à faire des bulles avec la tige d'une plante spécifique.

Nous continuons notre ballade et prenons un peu de hauteur. Nous avons une belle vue sur tout le village et les montagnes autour. Nous arrivons ensuite à un endroit caché dans les montagnes où nous voyons des milliers de petits papillons blancs voler dans les airs. Nous profitons de cette parenthèse magique pendant un moment. Mais pas trop longtemps quand même parce que de gros nuages se rapprochent à toute vitesse. Nous rentrons au village sous une pluie battante. Les pluies de mousson c'est quand même impressionnant.

Le soir la maman de Rona nous prépare de nouveau à manger. C'est toujours aussi bon et généreux. Elle nous installe à l'étage de sa maison pour passer la nuit.

• • •

Retour à Hsipaw


Après un petit déjeuner généreusement préparé par Rona et sa maman, nous reprenons notre route. Nos habits sont encore humides de la veille, heureusement le ciel est clair. Nous croisons les locaux qui sont déjà au travail dans leurs champs. Les paysages sont toujours aussi beaux. La pluie de la veille à rendu les chemins très boueux, nous essayons de ne pas glisser. Pas évident mais très drôle comme progression.

En fin de matinée nous arrivons à une superbe cascade. Nous en profitons pour faire une petite pause thé. Et aussi pour nous tremper les pieds et laver nos chaussures pleines de boue!

Nous ne sommes plus très loin du point d'arrivée. Quelques minutes plus tard nous arrivons à une petite cabane où nous déjeunons une dernière fois tous ensemble. Ensuite un pick-up nous récupère pour nous ramener à Hsipaw. Nous rentrons à notre hôtel, contents d'avoir pu découvrir un peu plus les paysages reculés de ce beau pays.

8

L'expérience du train birman


Pour retourner à Mandalay le lendemain du trek nous décidons de faire une partie de l'itinéraire en train. Celui qui relie Hsipaw et Pyin Oo Lwin est connu car il passe sur le viaduc de Gokteik, un des plus hauts au monde. En route donc pour 7h dans un petit train plutôt vintage, qui avance doucement mais sûrement.

Nous roulons à petite allure à travers la campagne birmane, les jolis paysages défilent. Nous faisons plusieurs arrêts dans des villages où les commerçants en profitent pour monter vendre leurs marchandises. Ça grince et ça secoue un peu mais malgré tout le voyage est agréable et tranquille.

Au bout de plusieurs heures nous apercevons le fameux viaduc tant attendu. Nous ne sommes pas déçus, il est très impressionnant. Le train passe au dessus de gorges vraiment profondes. C'est là qu'il ne faut pas avoir le vertige! La vue depuis le viaduc est superbe.

Une fois arrivés à Pyin Oo Lwin nous partageons un taxi avec un couple de hollandais pour nous rendre à Mandalay, à 1h30 de route.

• • •

Derniers jours en Birmanie


Nous restons 4 jours à Mandalay, la deuxième plus grande ville du pays. Ici par contre ce n'est vraiment pas le coup de cœur, il y a beaucoup de circulation ce qui rend la ville assez inhospitalière. Les gens se déplacent très peu à pied, ils sont surtout en voiture ou en scooter. On sent que la ville n'est pas vraiment adaptée pour les piétons. Les trottoirs sont chaotiques voir inexistants, pour traverser c'est à chaque fois un challenge. Les birmans ont changé le sens de circulation depuis le départ des anglais, ça complique encore plus le trafic. Du coup nous ne sortons pas beaucoup, nous en profitons pour nous reposer un peu avant notre départ. D'autant que la chaleur est difficilement supportable dans ce genre d'environnement urbain.

Nous allons tout de même faire un tour au "jade market". On y voit les artisans travailler la pierre de jade, une des ressources principales du pays.

Nous allons aussi visiter la Mahamuni Pagoda. Elle s'organise autour de plusieurs petite allées commerçantes où l'on vend des statues de Bouddha et autres objets très brillants. C'est toujours aussi intéressant de voir comment les gens viennent y passer du temps. Pour prier, pour manger, pour se retrouver.

• • •

Le mardi 20 juin, nous prenons un taxi pour nous rendre à l'aéroport de Mandalay. Nous quittons la Birmanie avec beaucoup de beaux souvenirs en tête. Maintenant direction le Japon, après plusieurs heures d'escale à l'aéroport de Bangkok.